Définition du droit des étrangers

Que ce soit pour l’obtention de visa, d’asile ou pour la demande d’un simple séjour, les étrangers en France connaissent toujours des difficultés. La position de l’extrême droite n’arrange pas les choses, cette classe politique qui (on ne va pas se mentir) a de plus en plus d’influence sur l’opinion publique et donc sur la politique de l’Etat, estime en effet que la France est trop ouverte aux migrants. Dernièrement, la France a, de fait, rendu plus difficile l’accès aux universités aux étudiants étrangers. Ainsi, que l’on veuille ou non, la France ne sera plus aussi laxiste qu’elle l’était en termes de traitement des étrangers. Ces derniers sont souvent obligés de faire appel à un avocat pour protéger les droits fondamentaux dont ils doivent bénéficier.

Quels sont les droits fondamentaux des étrangers ?

Le droit des étrangers en France concerne notamment le droit de séjour, la liberté d’aller et venir, l’aide juridictionnelle, le mariage, la santé, l’hébergement et le travail. Ainsi, la France est tenue par les lois internes et les conventions internationales à respecter les droits spécifiques y afférents à ces thématiques. En général, la France est un pays qui offre de meilleures conditions sociales pour les migrants. Mais le problème réside souvent dans l’opacité des lois, dans l’accessibilité de l’administration et dans la complexité des démarches. C’est pourquoi il est recommandé aux étrangers de trouver une adresse pour un avocat droit des étrangers lyon dans la régularisation de leur situation. A titre d’exemple, peu de migrants sont au courant du fait qu’en France, la loi les conventions internationales autorisent les victimes de persécution politique à utiliser une fausse identité pour son visa de demandeur d’asile si c’est dans le but de sauver leurs vies. Néanmoins ce droitaccordé à l’étranger est une très rare exception. Même pour la délivrance de visas, l’obtention reste à la totale discrétion de l’Etat.

Les droits économiques et sociaux des étrangers

Même en étant en situation irrégulière sur le territoire, les migrants ont droit à une couverture sociale adéquate. Il s’agit notamment de l’accès aux services de santé, à la scolarité et du droit au logement. Il s’agit d’un principe de droit international qui a été ensuite adopté par la France dans sa législation interne. Certains de ces principes ont même une valeur constitutionnelle. Néanmoins, la réalité démontre que les étrangers en situation irrégulière sont pratiquement exclus du système de couverture sociale, notamment en ce qui concerne l’assurance maladie. De plus, les démarches pour régulariser la situation de ces derniers s’avèrent être complexes et onéreuses. La procédure se fait auprès de la préfecture de rattachement et cette autorité administrative a parfois toute la latitude pour accepter ou refuser un dossier. A cause du nombre excessif de demande de régularisation et le vide juridique concernant les pièces justificatives à inclure dans les dossiers, les abus sont donc monnaies courantes. Parfois, on ne peut pas s’en sortir de ce casse-tête sans l’aide d’un bon avocat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *