En pleine virée culturelle dans le territoire africain

Presque tous les peuples africains honorent ses origines et restent fidèles à la mode de vie ancestrale malgré la modernisation et les autres influences étrangères. Ouvert au tourisme depuis très longtemps, ce vaste territoire est le coup de cœur des bourlingueurs qui y ont passé des vacances inoubliables. Côtoyer des gens accueillants et s’imprégner d’un folklore très varié sont quelques attractions marquant l’authenticité d’un voyage en Afrique. Faites, par exemple, un safari dans la réserve de Masaï Mara pour rencontrer les Masaï, une tribu emblématique logeant dans la partie sud-ouest du Kenya. Ou encore, assister à une quelconque cérémonie typique de Madagascar pour apercevoir la culture riche de cette île qui se dresse à la côte sud-est de l’Afrique. Alors, partez pour le Kenya avant de faire un saut à Madagascar afin de vivre ces moments forts au cœur de l’Afrique, une terre d’exception.

À la rencontre des peuples Masaï dans la réserve de Masaï Mara

Dans la réserve de Masaï Mara, au Kenya, vivent une tribu, les Masaï, qui sont des peuples éleveurs bovins et semi-nomades. Leur langue maternelle est le Maa. Alors, même si leurs villages sont devenus très touristiques, vous aurez besoin d’un guide local afin de faciliter la communication. Durant votre safari, n’hésitez pas à les aborder si vous trouvez des hommes, habillés en une sorte de robe rouge, en train de veiller sur ses troupeaux. Les voyages en Afrique incluent ainsi le fait de côtoyer les tribus qui habitent dans ses espaces naturels. Les femmes s’occupent des taches ménagères, des enfants et surtout fabriquent leurs maisons. Visiter leurs villages si vous voulez avoir quelques aperçus sur leur mode de vie. La société des Massaïs est régie par les anciens. D’une autre part, les locaux donnent une place importante au oloiboni ou laibon, une personne qui maintient la relation entre Dieu et les vivants, le Chaman.

Le « sambatra », une fête traditionnelle de Madagascar

À Madagascar, allez dans la partie sud-est pour rejoindre la ville de Mananjary où se déroule tous les sept ans la cérémonie du « sambatra », la circoncision collective. Pendant ces quatre semaines d’effervescence, ils célèbrent le passage des garçonnets pour devenir des hommes au sein de la société. Les mères s’occupent des nattes et des tenus rouges de ses petits pendant que les pères mettent des effigies de colombe à l’extrémité des toits des « trano be », les maisons intronisées où vivent les « ampanjaka », les sages. Le « sambatra » rejoint la liste des solennités qui poussent les curieux à voyager en Afrique. De leur côté, les jeunes puisent l’eau sacrée, pour laver la plaie des circoncis, à une rivière. Durant la fête, les esprits mal sains seront pourchassés et les sons des « hazolahy », un tambour typique, et des « antsiva », des coquillages, résonnent dans toute la ville. Cette grande réjouissance est un des folklores marquant l’ethnie « Antambahoaka » de Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *