Les deux techniques de taille des arbres

Tailler un arbre est beaucoup plus complexe que cela en a l’air. En effet, lorsqu’on fait référence à cette opération, cela ne se limite pas uniquement aux petits arbres et arbustes décoratifs se situant dans son jardin. La taille peut intéresser toute espèce d’arbres à tout âge. Généralement, on parle d’élagage lorsqu’il est question d’opérer sur des arbres de plus grandes tailles pour des raisons précises, notamment, règlementaires et sécuritaires. Ce qui requiert donc un minimum de compétences et savoir-faire, d’où la nécessite de l’intervention d’un élagueur professionnel. Ce dernier est capable de maitriser correctement les différentes techniques de taille adaptées à tel ou tel arbre. Il en existe principalement deux : la taille sévère et la taille douce.

La taille sévère

La taille sévère, qu’on appelle également taille de restructuration consiste à intervenir sur la structure de l’arbre. En d’autres termes, elle vise à modifier la forme ou la silhouette d’un arbre, partiellement ou totalement. Dans la majorité des cas, on n’a recours à ce type de taille qu’en cas de nécessité absolue, autrement dit, lorsqu’on y est contraint. En effet, il faut savoir que la loi nous oblige à effectuer cette opération dans la mesure où la croissance de l’arbre représente un danger potentiel ou une menace pour les biens et les personnes environnantes. Ainsi, la taille sévère vise principalement à garantir la sécurité de l’entourage.

Toutefois, il va sans dire que cette taille fait plus de mal que de bien à l’arbre concerné. Elle peut même lui être très dangereuse, voire même fatale, notamment pour un arbre adulte ou vieux. Effectivement, si elle n’est pas réalisée correctement, l’arbre pourrait ne pas s’en remettre. Or le but n’est pas de condamner l’arbre, mais plutôt de s’assurer qu’il survive à l’opération, bien qu’elle soit sévère. Voilà pourquoi, dans la mesure du possible, il est déconseillé d’effectuer cette technique de taille sur un arbre adulte. Il vaut mieux pratiquer une taille de formation sur un jeune arbre pour n’avoir à tailler que des branches de petit diamètre. De cette manière, les blessures se cicatriseront plus facilement et plus rapidement.

En outre, étant dit précédemment, c’est une technique risquée ne devant être utilisée qu’au dernier recours. De plus, elle nécessite d’être réalisée comme il se doit au risque de tuer définitivement l’arbre. C’est justement pour cela qu’il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel en élagage comme cet élagueur qui œuvre en Ardèche pour l’effectuer.

Par ailleurs, pour la réalisation de cette taille sévère, certaines règles s’imposent. D’abord, il ne faut en aucun cas tailler plus de 30% de la couronne en une seule fois. Cela risque fort de déstabiliser la plante et de lui causer une asphyxie par manque de feuillage. Aussi, il est interdit de s’attaquer aux très grosses branches, car elles risquent de ne pas cicatriser ; ce qui va rendre l’arbre plus vulnérable aux diverses maladies.

La taille douce ou raisonnée

En second lieu, la taille douce est une technique de taille qui consiste à optimiser la santé de l’arbre. Par différence à la taille sévère, elle préserve la silhouette et la physiologie de l’arbre. Ainsi, il est question ici d’entretenir l’arbre tout en lui apportant une jolie forme sans pour autant lui causer trop de tort. Cette opération se pratique régulièrement et de manière raisonnée. Ce qui veut dire que l’on ne taille plus qu’il ne le faut. On se débarrasse seulement des branches malades, cassées ou mortes ainsi que de celles qui dépassent. Le principe est de couper uniquement les petits rameaux de faible diamètre (pas plus de 3cm).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *