Mission Zéro Déchet à la maison : que changer dans son mode de vie pour y parvenir ?

Le concept de vivre sans déchets à la maison, le fameux Zéro Déchet, demande un peu de temps pour s’y habituer, car nos modes de vie modernes exigent constamment que notre attention se porte sur la consommation pour la consommation. Le cycle apparemment sans fin de la consommation nous a fait oublier beaucoup de choses importantes dans la vie. Nous travaillons généralement très dur et passons de moins en moins de temps avec notre famille et nos amis, sacrifiant les personnes que nous aimons pour des choses.

Mais vivre sans déchets ne signifie pas que vous devez vivre sans le luxe de la vie, sans ses plaisirs. Comme l’explique si bien le site Bien et Bio, cela signifie simplement une approche plus consciente de vos choix de consommation.

En essayant de tendres vers le zéro déchet, ce qui ne serait pas un mal pour le pays qui n’est pas encore au top sur le sujet, outre l’expérience à vivre et qui permet de prendre conscience de nombreuses choses sur notre mode de vie, vous vous rendrez service en économisant de l’argent sur les achats inutiles et en fin de compte en réduisant aussi votre propre empreinte écologique. Vous rendrez donc service aussi à la planète en réduisant la quantité de déchets que vous mettrez en décharge.

Voici ce que vous devez changer dans votre mode de vie pour vivre sans déchets

Voici plusieurs pistes de choses à changer dans votre mode de vie et de consommation pour essayer de réduire au mieux vos déchets nuisibles pour la planète et tendre vers le Zéro Déchet :

Emballage en plastique : les récipients en verre et en acier inoxydable de toutes formes et dimensions peuvent être nettoyés et réutilisés à plusieurs reprises, et facilement transportés.

recyclage des bouteilles en plastique

Éliminer les produits de papier jetables : plutôt que d’utiliser des serviettes et des essuie-tout en papier, choisissez des versions en tissu réutilisables. Vous économiserez rapidement de l’argent par rapport aux produits jetables coûteux.

Évitez d’utiliser de la vaisselle jetable potentiellement toxique : utilisez plutôt de la vaisselle ordinaire réutilisable. Si vous avez besoin d’une option à usage unique, plusieurs détaillants offrent des assiettes, bols, tasses et serviettes en papier certifiés compostables.

Réduire au minimum les déchets alimentaires : ravivez les restes, réutilisez les restes d’aliments dans les confitures et les sauces, et réduisez aussi votre budget alimentaire en planifiant vos repas.

Installez un bac à compost dans la cuisine : une fois que le petit bac est plein, déposez le compost sur un tas de compost à l’extérieur. Ou mettez ces déchets alimentaires dans des sacs à ordures compostables, qui peuvent être déposés dans les centres de compostage de votre ville.

Lombricompostage : essayez le bac de lombricompostage où les vers transformeront rapidement la matière organique en compost utilisable. Ces systèmes propres, simples et efficaces sont utiles pour ceux qui n’ont pas de place pour un gros tas de compost extérieur.

Ce qui est compostable : fruits et légumes, coquilles d’oeufs, marc de café, papier non blanchi, sachets de thé, plantes d’intérieur indemnes de maladies, et bien plus encore …

Faites recyclé pour faire du biodiésel : nous ne pouvons pas verser l’huile de cuisson usagée dans les égouts (elle cause des obstructions) ou la composter. Toutefois, vous pouvez donner cette huile de cuisson pour la recycler en biodiesel.

Compostage municipal : si vous n’avez pas de tas de compost à l’extérieur, car vous n’avez pas de jardin, vérifiez si votre ville propose un programme de compostage en bordure des rues ou un programme de collecte sélective sur des points de collecte.

Évitez les sacs de plastique : commencez à utiliser de grands sacs faits de toile, de filet, de tissu ou de plastique recyclé/recyclable. Vous pouvez les acheter pour environ 1 euro dans la plupart des supermarchés.

Arrêtez d’acheter des portions d’aliments individuelles : achetez le plus grand format disponible ou en vrac et divisez-le le ensuite à la maison en petits contenants éco-intelligents.

Amenez les bocaux de la maison : utilisez des contenants réutilisables comme des bocaux de en verre pour les articles en vrac comme le riz, les pattes, les graines, la farine, les fruits secs et les haricots …

Nettoyant multi-usages : dans un vaporisateur, mélanger 1⁄2 tasse de vinaigre blanc distillé avec 1 tasse d’eau et ajouter 10 à 20 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé, lavande, citron ou eucalyptus. Bien agiter avant utilisation et utilisez. Vous verrez c’est magique !

Apportez votre déjeuner et vos couverts et ustensiles : Les repas tout fait des magasins et fast food  génèrent des milliers de déchets par personne chaque année (emballages à emporter, ustensiles de plastique traditionnels, etc.). Apportez votre repas dans une boîte réutilisable, et si votre entreprise n’utilise pas d’ustensiles compostables, apportez vos propres couverts compostables !

Bouteilles d’eau : remplissez-les de l’eau du robinet et utilisez des bouteilles d’eau en métal ou en verre tout au long de la journée pour l’eau, le thé ou le café.

Séparez vos déchets : séparez et triez les restes de nourriture et de cuisine, les déchets de jardin et les matières recyclables.

Recyclez tout ce que vous pouvez : recyclez tout le verre non brisé, certains plastiques, le papier et le carton, les boîtes de conserve en fer-blanc et en aluminium.

Pourquoi, plutôt que le zéro déchet, ne pas utiliser les produits biodégradables ?

compostage des déchets verts

Il est important d’œuvrer dans ce sens, car les produits biodégradables, même si ils sont bien mieux que ceux qui ne le sont pas, ne tiennent pas toutes leurs promesses. Par exemple, dans l’environnement sombre et sans oxygène d’un site d’enfouissement commercial ou dans les eaux froides de l’océan, s’ils s’y retrouvent, les produits biodégradables risquent d’y rester sans se dégrader. Vous ne pouvez pas les jeter, tel par exemple que les déchets verts issus des élagages, dans votre compost non plus.

Pour se décomposer, ils ont besoin de la chaleur de 130 degrés d’un composteur industriel. De nombreux composteurs industriels n’acceptent que les plastiques qui répondent à certaines normes, ce qui garantit qu’ils ne laisseront aucun fragment pouvant nuire à l’environnement ou à la santé humaine. Et si vous ajoutez des matières biodégradables aux matières recyclables, vous risquez de ruiner ces dernières, créant ainsi un mélange sur lequel on ne peut plus compter pour fabriquer du plastique neuf durable. Voilà pourquoi il faut persévérer plutôt vers le Zéro Déchet à la maison !

Bon courage et surtout persévérez dans le Zéro Déchet, c’est un défi de taille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *