Quels sont les points à vérifier avant la mise en location d’une boutique

Mettre en location un commerce à paris n’est certainement pas une mince affaire. Durée du bail, montant du loyer et des charges pour l’exploitation de murs de boutique à Paris, le dépôt de garantie, et bien plus font partie de la liste des critères à vérifier avant la mise en location d’un local. Nous vous en disons plus sur tout ce qu’il y’a à savoir dans cet article !

Les points à vérifier pour une mise en location d’un commerce à Paris :

1. Prendre conscience du type de location dont il s’agit :

Différents types de locaux commerciaux existent, il peut s’agir :

  • De murs de boutiques ;
  • De bureaux ;
  • D’usines ;
  • De hangars ;
  • D’entrepôts ;
  • etc…

Tous peuvent être soumis à des baux commerciaux également différents. Aussi, avant de mettre en location ce type de murs, il convient de choisir le bail commercial qui correspond tout en étant en parfaite symbiose avec l’activité choisie.

2. La durée de la location des locaux commerciaux :

La durée minimale des baux commerciaux, fixée par le décret du 30 septembre 1953 réglant les rapports entre bailleurs et locataires en ce qui concerne le renouvellement des baux à loyer d’immeubles ou de locaux à usage commercial…, est de neuf ans. Aussi, une durée inférieure ne peut avoir le statut de bail commercial. La période de neuf ans est divisée en trois périodes de trois ans et à l’issue de chacune d’entre elles, le montant du loyer peut être révisé au préalable selon plusieurs critères. Parmi eux, l’indice du prix de la construction constitue l’élément clé au même niveau avec la valeur locative réelle qui peut augmenter à chaque révision.

Une fois la période des neuf ans atteinte, le loyer devra en principe être fixé selon l’évolution de la valeur locative des locaux. A noter qu’un plafonnement de cette évolution est mise en place selon l’indice Insee du coût de la construction.

Il est important, au moment de signer le bail de location, de faire en sorte de ne surtout pas dépasser la période de location de neuf ans. En effet, une plus longue période réduit les possibilités de fortes augmentations du loyer afin de pouvoir se conformer à la valeur locative du bien immobilier.

3. Le loyer d’origine

Dans un premier temps, une primo location ouvre droit à un bail commercial tout à fait négociable entre propriétaire bailleur et locataire exploitant.

Aussi, si le montant de départ du loyer initial est libre, sa fixation peut alors dépendre de plusieurs éléments tels que :

  • L’emplacement des murs commerciaux ;
  • La surface globale ;
  • L’agencement du local,
  • Le standing des locaux ou de l’immeuble ;
  • La nature et le nombre des commerces autorisés par le bail ;
  • L’existence ou l’absence d’un pas-de-porte à verser.

Partant de ce principe, un bail englobant tous les types de commerces comportera un loyer pouvant être plus élevé qu’un bail autorisant une seule activité en particulier. A l’inverse, un propriétaire réclamant la redevance d’un pas-de-porte ou d’un droit d’entrée doit offrir au locataire une compensation sous forme d’un loyer plus faible et des charges moins importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *