Qu’est-ce que l’endométriose pelvienne profonde ?

L’endométriose est une maladie chronique de l’endomètre. Elle survient lorsque la muqueuse de l’utérus se développe en dehors de l’endomètre et affecte généralement l’appareil génital ou les organes digestifs à proximité (le rectum, le colon (sigmoïde), l’iléon et l’intestin grêle). Lorsque les organes du petit bassin sont touchés, tels que les ovaires, la vessie ou le vagin, l’endométriose est dite pelvienne profonde. Alors que la maladie concerne près d’une femme sur 10 en âge de procréer, l’endométriose reste encore méconnue et mal comprise. Pour tenter de mieux la comprendre et de mettre fin au tabou, voyons quels sont ses symptômes et les traitements pour une prise en charge efficace des patientes.

Quels en sont les causes et symptômes ?

Les causes

L’endométriose est une maladie encore méconnue, car les causes expliquant la survenue de fragments d’endomètre en dehors de la cavité utérine sont encore mal identifiées. Pourtant, des hypothèses existent. La première établit un lien entre le développement de l’endométriose et le reflux dans les trompes de Fallope des règles menstruelles. La seconde a trait davantage à la circulation sanguine transportant dans tout le corps les cellules endométriales. D’autres théories sont encore à l’étude, comme celles liées à système immunitaire défaillant. Ce dernier, immunodéficient, ne détecte pas, ni ne détruit correctement les tissus endométrials formés à l’extérieur de l’utérus. Enfin, l’hypothèse génétique a été récemment soulevée, en raison du fait que l’endométriose se déroule au sein des familles et que la génétique d’une personne peut contribuer au développement de l’endométriose.

 

Qu’est-ce que l’endométriose ?

 

Les symptômes

Si la maladie peut être également asymptomatique, dans la plupart des cas (comme pour l’endométriose pelvienne profonde) la forte douleur survenant au bas-ventre, puis s’irradiant parfois jusque dans le bas du dos, est le maître symptôme de l’endométriose. Les douleurs pelviennes chroniques sont fréquemment ressentie par les femmes atteintes par la maladie. Ces douleurs chroniques peuvent conduire à une aggravation ou des complications si l’endométriose n’est pas diagnostiquée suffisamment tôt ou si la maladie est mal prise en charge.

Les principaux symptômes de l’endométriose sont :

  • Les dysménorrhées ou règles douloureuses
  • Les dyspareunies ou douleurs lors des rapports sexuels
  • Les dysuries ou douleurs urinaires
  • Les dyschésies ou troubles intestinaux
  • Les douleurs pelviennes chroniques ou douleurs des organes profonds comme l’utérus, vessie…
  • L’asthénie ou fatigue chronique
  • Les douleurs de dos et d’épaules
  • L’infertilité

 

Bon à savoir : la complication majeure de l’endométriose pelvienne profonde est l’infertilité. Généralement pour les femmes atteintes de la maladie, les difficultés pour tomber résultent de l’emprisonnement de l’ovule par les adhérences, rendant difficile sa descente dans la trompe de Fallope pour être ainsi fécondée. Selon l’Observatoire Epidémiologique de la Fertilité et l’Enquête nationale périnatale, l’infertilité concernerait, aujourd’hui, 18 à 24 % des couples français. Si les principales causes de l’infertilité ne sont pas encore toutes déterminées, il reste que l’endométriose en soit une des principales origines. Cependant, cela ne veut pas dire que toutes les femmes touchées par l’endométriose ne peuvent plus avoir d’enfants. Avec une prise en charge efficace, il est toujours possible pour elles de tomber enceinte, cela prendra plus de temps. C’est pourquoi des campagnes nationales de sensibilisation ont été lancées en France, ces dernières années. Elles permettent de sensibiliser et informer aussi bien le grand public que les professionnels de la santé, afin d’éviter tout retard de diagnostic et garantir une meilleure prise en charge de la maladie.

Campagne de sensibilisation Info-Endométriose

Le diagnostique

Le moyen de diagnostiquer l’endométriose avec certitude est la laparoscopie cœlioscopie. C’est une est une technique d’endoscopie médicale. Elle consiste à pratiquer de petites incisions sur la paroi abdominale afin d’y introduire un endoscope, petit tube souple muni d’une source lumineuse et d’une mini-caméra à l’effet grossissant pour voir et détecter des kystes, des nodules ou des lésions sur les organes pelviens.

Avant la coelioscopie, d’autres examens non invasifs et plus manuels peuvent être réalisés, comme c’est le cas de l’examen pelvien visant à détecter des anomalies ou bien encore de l’échographie abdominale ou vaginale, utilisant des ondes sonores pour restituer une image de l’utérus ou des organes reproducteurs.

Les traitements possibles

Pour l’endométriose, il existe deux types de prise en charge : les traitements médicaux et l’intervention chirurgicale. Sachant qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement définitif. L’hystérectomie est un geste chirurgical qui ne peut aucunement garantir la disparition définitive des symptômes. Car, les tissus endométrials peuvent se former de manière spontanée dans d’autres régions du corps. C’est pourquoi les traitements médicamenteux sont utilisés les uns avec les autres en complémentarité. Les traitements hormonaux soulagent la douleur mais ne traite pas le problème ni n’influencent pas la fertilité. Ils permettent de réduire les saignements en bloquant la production d’hormone.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *