Le pactole

Le pactolePour expliquer son film, suprêmement amoral, Jean-Pierre Mocky déclare que les gens travaillent pour avoir une retraite honorable et, lorsqu’ils y arrivent, meurent d’un arrêt cardiaque ! II faut juste espérer qu’il ne préconise pas, comme remède à cette retraite qui vous arrive trop tardivement, l’attaque d’un supermarché et le vol de la caisse… A partir de ce hold-up «pour mieux vivre», Mocky organise tout un enchevêtrement de personnages qui n’ont de cesse que de récupérer l’argent pour eux : le flic (Patrick Sébastien) et sa nympho de femme (Marie Laforêt) mais aussi le gérant du supermarché (Roland Blanche). Le fric, le magot, l’oseille… euh pardon le pactole, c’est Bohringer et Lafont qui l’ont et le gardent. Lui est démineur et risque sa vie tous les jours en désamorçant des bombes. Elle s’ennuie derrière son bureau d’employée d’assurances. Dès qu’ils auront semé les «jaloux», ils pourront profiter de la vie… Le petit monde de Mocky est toujours aussi incroyable et drôle. Mais il est devenu, ici, plus contemporain et plus tendre. Comme si Mocky assumait parfaitement les aspirations immorales de ses personnages. A part Sébastien, plus à l’aise en imitation qu’en composition de personnages, les autres comédiens de Mocky sont savoureusement délirants. Il faut voir «la» Laforêt, ses robes échancrées et ses boas de plumes, en train d’aguicher le monde entier et d’agresser son «minable» de mari. Il faut aussi voir le boutonneux Roland Blanche grattant tour à tour ses pustules et son caniche blanc. Il faut voir la sexy Pauline Lafont surprenante dans un personnage qui est presque un contre-emploi. Chaque nouveau film de Mocky apporte son comptant de surprises. Ici, en plus, le film est une vraie réussite.

Ce site utilise KeywordLuv. Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Une pensée sur “Le pactole

  • 3 décembre 2017 à 11 h 53 min
    Permalink

    Tiens donc, j’aurais pu allé le voir celui-ci, je vais voir si je le trouve en vod, merci pour cet article

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *