Les particularités du contrôle technique des utilitaires

Tout comme une voiture particulière, l’utilitaire doit subir un contrôle technique. Pour classer un véhicule, le contrôleur technique vérifie le certificat d’immatriculation où une mention CTTE indique qu’il est destiné à toutes activités professionnelles. Une auto ayant de places uniquement à l’avant est également considérée comme telle.

Les composants à contrôler pour un véhicule utilitaire

Le contrôle technique d’une voiture utilitaire se déroule comme la vérification d’un véhicule particulier, mais à part les éléments qui sont constatés vulnérables à l’usure, elle doit subir un test pour voir l’état de son moteur et de ses équipements de sécurité.

La carrosserie ne doit pas avoir une surface saillante, les ceintures de sécurité mal fixées et les pneus endommagés sont des points conduisant à une contre-visite. Il faut savoir qu’à part ces points, sa capacité à polluer l’environnement est également un point très important.

Ce qui différencie le contrôle d’un utilitaire réside également dans sa fréquence, ainsi que celle du contrôle pollution. Sa vérification doit être réalisée un an après un contrôle technique, impliquant que tous les ans, une voiture utilitaire est dans l’obligation d’être présentée auprès d’un centre automobile pour un test, et cela à partir de la 4ème année de mise en circulation.

Les documents pour un véhicule utilitaire

A part le procès-verbal de la réalisation d’un contrôle technique, le propriétaire de voiture utilitaire doit avoir un procès-verbal qui concerne sa visite complémentaire qui porte sur la nature de la voiture.

Pour être validé par l’autorité, il doit être accompagné par le certificat d’immatriculation timbré par le contrôleur technique. De ce fait, le technicien doit fournir au propriétaire de voiture utilitaire plusieurs dossiers : le PV de contrôle technique et visite complémentaire, la vignette et le certificat d’immatriculation.

A savoir qu’un contrôle technique volontaire pour une voiture utilitaire n’annule pas un contrôle technique obligatoire. Une contre-visite doit être effectuée en cas d’anomalies, que ce soit un dysfonctionnement lié aux plaquettes, à l’échappement ou au fonctionnement général du véhicule.

Sanction en cas de non-conformité

Les agents qui contrôlent la sécurité routière sanctionnent les automobilistes et les exposent à une certaine amende en cas de défaillance ou en cas de non-respect de la date du contrôle technique. A part le paiement de l’amende, il se peut que la voiture soit immobilisée ou le certificat d’immatriculation soit retenu par les autorités.

Si une contre-visite doit être effectuée, le propriétaire de la voiture est obligé de se présenter à nouveau auprès du centre automobile après une rectification de tous les points défaillants.

A prendre en note que le contrôle anti-pollution est une vérification de l’émission des polluants qui doit être effectué annuellement. Il entraine dans la plupart des cas une contre-visite pour les voitures utilitaires mal entretenues.

Le recours au service d’un mécanicien professionnel est vivement recommandé avant le contrôle d’un véhicule utilitaire, le but est de limiter ou de faire en sorte que chaque élément fonctionne normalement. Dans tous les cas, son intervention peut éviter au propriétaire la perte d’argent ou de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *