Sylvie Laroche Armee du Salut explique ce qu’est un centre social de réinsertion

Les exclusions sont de plus en plus récurrentes dans la société. Elles désignent une relégation ou marginalisation sociale d’individus ne correspondant pas à un modèle dominant. Afin de venir en aide aux personnes affectées par ces marginalisations, de nombreuses institutions ont vu le jour. Sylvie Laroche de l’Armée du Salut parle du centre social de réinsertion.

Le centre social de réinsertion : définition, missions et fonctionnement

Encore appelé centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), le centre social de réinsertion est une catégorie d’établissement. Sylvie Laroche Armee du Salut explique qu’il intervient dans plusieurs domaines en faveur des personnes en situation d’exclusion.

Les missions du centre social de réinsertion

Le centre social de réinsertion a pour mission principale de lutter contre les exclusions. Dans cette optique, il assure l’accueil, le logement et l’insertion des personnes ou des familles connaissant de graves difficultés. Cette approche permet de les aider à accéder à leur autonomie personnelle et sociale.

Création et fonctionnement du centre social de réinsertion

Selon Sylvie Laroche (Armee du Salut), le centre social de réinsertion relève principalement de la compétence de l’État. Cependant, il peut également dépendre des personnes morales de droit privé comme les associations et les organisations internationales. L’établissement du centre social de réinsertion est possible après la signature d’une convention entre l’État et la structure établie. La plupart du temps, cette dernière est signée par le préfet du département dans lequel la structure est implantée.

Sur le plan des actions, le centre social de réinsertion propose des modèles d’adaptation à la vie active par l’apprentissage des règles nécessaires à une activité professionnelle. Pour les personnes incapables d’exercer une profession, il prévoit une rémunération mensuelle comprise entre 30 % et 80 % du SMIC (salaire minimum de croissance).

Sylvie Laroche Armee du Salut parle de la prise en charge et de l’intégration d’un centre social de réinsertion

« Les modalités d’application de cette structure sont diverses » souligne Sylvie Laroche Armee du Salut.

Les personnes pouvant être prises en charge

Le centre social de réinsertion prend en charge toutes personnes ou familles rencontrant des problèmes sur le plan social, économique ou ceux liés à l’insertion. Il s’adresse aussi aux personnes sujettes à l’alcoolisme ou la drogue. Bien que les centres sociaux de réinsertion se distinguent par leur objet, ils accueillent en général des hommes et femmes isolés, des couples ainsi que des familles avec enfants ou monoparentales.

Comment intégrer un centre social de réinsertion ?

Pour l’intégrer de cette structure, il faut composer un dossier à partir :

  • D’un rapport social ;
  • D’un document professionnel ou d’une demande rédigée par un travailleur social expliquant la situation de la personne ;
  • Des éléments justificatifs ou illustrant les propos évoqués dans le rapport social.

Le dossier est ensuite envoyé simultanément à plusieurs centres sociaux de réinsertion. Il fera l’objet d’un examen. Si ce dernier correspond au projet d’accueil de la structure, le demandeur devra passer un entretien de préadmission. « Si sa candidature est retenue » dit Sylvie Laroche, le directeur du centre prononcera la décision d’admission qui lui sera signifiée.

Quel est le fonctionnement financier du centre social de réinsertion ?

Le financement repose principalement sur une dotation globale de l’État. Le centre vit également des dons et des cotisations des personnes accueillies. En effet, chaque résident est tenu de verser une somme chaque mois à titre d’hébergement et d’entretien. Cette somme est fixée avec la personne concernée en considération de ses ressources et de ses difficultés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *